Le stress chez le sportif : bon ou mauvais ? Comment le gérer ?

Le stress a toujours été perçu comme étant un élément handicapant pour l’organisme. De ce fait, selon cette idée reçue, il ne faudrait pas éviter le stress lors de la pratique d’un sport. En réalité, cette émotion est une arme à double tranchant. Il peut être à la fois bénéfique et nocif pour l’être humain. Comment percevoir le stress ? Que faire pour en tirer des bienfaits ?

Que faut-il savoir sur le stress ?

·      Qu’en est-il du bon stress ?

Lorsque le corps est stressé, il se met à produire des hormones qui vont influencer la performance. L’organisme va sécréter l’adrénaline et la noradrénaline. Ces éléments vont avoir un effet direct sur le cœur et la fréquence ventilatoire.

Durant la sécrétion de ces hormones, les vaisseaux sanguins vont s’accroître et favoriser la circulation sanguine. Le sang va parvenir rapidement aux muscles et au cerveau, ce qui va aider à oxygéner ces organes.

Quand le corps est stressé, il va aussi produire du cortisol. Cette hormone a pour rôle d’acheminer le glucose vers les muscles. De ce fait, l’organisme va disposer du carburant nécessaire. La personne sera en de bonnes conditions et aura une bonne performance. Le corps est alors sujet au « bon stress ». Ce dernier va inciter l’organisme à rester positif, ce qui va lui permettre de réaliser des exploits.

·      Qu’en est-il du mauvais stress ?

L’organisme est confronté au mauvais stress, lorsqu’il a sécrété une trop grande quantité d’insuline. Dans ce genre de circonstance, le sportif aura tendance à épuiser rapidement ses réserves de glucose. Ce phénomène aura de graves conséquences sur la performance du joueur. Il aura tendance à :

  • Avoir des vertiges ;
  • Être sujet aux tremblements, au manque de vigilance, à une dégradation du geste technique, une altération de la lucidité et des réflexes ;
  • Se déshydrater, etc.
Lire aussi  Banc de Musculation Multifonction : Guide d'Achat

Le sportif va rencontrer une défaillance au niveau des « citernes » qui sont placés aux environs des fibres musculaires. Il pourra perdre sa fluidité et ses gestes vont potentiellement se saccader. Le mauvais stress engendre souvent un manque de combativité, un problème de confiance et une attitude négative.

Il faut tout même rester vigilant, car la frontière entre le « bon » et le « mauvais » stress peut être assez mince.

Quelques astuces pour apprendre à gérer son stress de manière optimale

Si vous ressentez de grandes difficultés à gérer votre stress, vous pourriez :

  • Recourir à l’aide de produits homéopathiques, ils vous aideront à vous apaiser ;
  • Faire un travail mental: visualisez votre situation et trouvez un moyen de contrôler votre stress.
  • Dédramatiser l’enjeu(relativiser) : ce procédé vous permettra de gagner en confiance et de garder en tête les objectifs principaux.
  • Garder une mainmise sur les facteurs techniques, matériels et logistiques : en étant bien préparé, vous n’allez pas ajouter un stress inutile lorsque vous serez arrivé sur le lieu de la compétition.
  • Bien respecter vos heures de sommeil.

Pensez à bien vous hydrater et assurez-vous à avoir des apports glucidiques réguliers lors de vos efforts. Engagez un bon entraîneur, il vous soutiendra et vous rassurera lorsque les temps sont durs. Il pourra aussi se charger des questions de logistiques.

Il faut proscrire les médicaments contre le stress. Certains produits sont bannis des lieux de compétitions. D’autres vont mêmes engendrer un grand relâchement musculaire. Vous aurez l’impression de vouloir faire la sieste et vous n’aurez plus envie de participer à la compétition.

Lire aussi  Se muscler les pectoraux : exercices efficaces pour un torse sculpté

Comment réagir avant et durant une compétition ?

Durant un événement de grande envergure, vous serez confronté à plusieurs personnes stressées. En les voyant, vous allez augmenter votre niveau de stress puisque le stress est contagieux. Bref, évitez les personnes stressantes.

Lors d’une compétition, tournez-vous vers les « personnes ressources ». Ce sont celles qui vous aident à accroître votre confiance en vous. Éloignez-vous des « personnes parasites », il s’agit des individus qui vous placent dans un état de doute directement ou indirectement.

Pour ne pas vivre un mauvais stress :

  • Orientez-vous les bonnes personnes, des individus positifs ;
  • Préparez-vous bien avant la compétition et ne vous présentez qu’à une compétition en rapport avec votre niveau ;
  • Adopter une bonne hygiène de vie: balancez vos heures de sommeil, ayez une alimentation équilibrée ;
  • Assurez-vous d’avoir des moments de pause;
  • Évitez de vous placer dans un entourage bruyant ;
  • Écoutez de la musique pour vous détendre ;
  • Pratiquer la respiration profonde;
  • Instaurez une routine à suivre lors des compétitions.

Essayez d’adopter des objectifs de comportements et non de résultats. La peur du résultat possède plusieurs effets négatifs. Ce sentiment :

  • Peut-être bloquant ;
  • Engendre la peur d’échouer la compétition.

Quelle que soit la situation que vous ayez à affronter, préparez-vous mentalement. N’hésitez pas à mettre en place des tactiques, des stratégies, etc. Chaque geste et comportement que vous adoptez vont contribuer à atteindre un résultat. Pensez au parcours non seulement au résultat.

Mariano Rivera, un grand joueur de baseball, est un personnage auquel il faudrait s’inspirer. Lors de grandes compétitions, il ne se préoccupait pas du résultat. Il disait qu’il se donnait au maximum et que Dieu serait toujours avec lui, et ce quelle que soit l’issue du match.

Lire aussi  Programme musculation prise de masse débutant et avancé : Comment faire ?

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: